Phytoépurationnettoyage écologique

Les traitements secondaires

Les traitements par les plantes (bassins oxydants)

Les bassins oxydants sont basés sur le transfert de l’oxygène de l’air dans l’eau puis par sa réaction catalysée par les systèmes racinaires des plantes terrestres maintenues en flottation ou par les plantes lacustres directement. Les plantes ne sont pas seules à entretenir ce mécanisme d’oxydation. Les microorganismes et certains organismes plus évolués sont associés à cette chaîne de traitement. Il s’agit d’une symbiose rattachée à un équilibre naturel. Ceci conduit à l’oxydation naturelle totale de toutes les parties carbonées et azotées dissoutes dans l’eau. Le carbone est rejeté dans l’atmosphère et l’azote forme des nitrates solubilisés dans les eaux.

 

 


 


Traitement par les plantes (bassins réducteurs)

Une fois ces résultats obtenus et selon les charges à réduire en nitrates il devient possible grâce aux plantes lacustres de dénitrifier les eaux contenant des nitrates à doses trop élevées.
Pour cela, des lentilles d’eau ou des nénuphars sont utilisés pour couvrir la surface de l’eau et éviter le transfert de l’oxygène. Les bactéries dénitrifiantes puisent leur énergie dans les nitrates et elles libèrent l’azote qui retourne dans l’air. Si ces mécanismes sont connus, la « chaîne de réaction » reste un élément capital au succès de ce traitement des eaux par des moyens naturels.

Les filtres réducteurs naturels

Les avantages du procédé :
Une simplicité de mise en œuvre
Une surface spécifique importante favorisant le contact effluent/biomasse
Une forte hauteur de couche empêchant tout chemin préférentiel (1,80 m)
Un dégazage périodique sécurisant le fonctionnement avant le cycle de lavage
Une capacité en rétention des matières solides, supérieure à 5 kg/m2 de surface filtrante
Une efficacité démontrée du système de lavage à contre courant à l’air et à l’eau grâce au plancher en Bloc.

 

 

|Contact |Reproduction interdite : phytoepuration .fr